Direction de la coopération pour le développement (DCD-CAD)

Examen mutuel de l’efficacité du développement en Afrique (CEA-ONU/OCDE)

 

L’Examen mutuel de l’efficacité du développement en Afrique (MRDE) est un exercice de reddition mutuelle de comptes qui, chaque année, est réalisé conjointement par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique(CEA-ONU) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Cet exercice fait suite à une demande du Comité des Chefs d'État et de gouvernement chargés de la mise en œuvre du NEPAD datant de novembre 2002, laquelle soulignait la nécessité d’un examen mutuel des partenaires au développement au regard de leurs engagements vis-à-vis de l’Afrique. Les ministres des Finances, de la Planification et du Développement économique de l’Afrique ont réaffirmé l’intérêt de cet exercice en mars 2012.

Examen mutuel de l’efficacité du développement en Afrique (CEA-ONU/OCDE)

L’édition du MRDE 2015 a été lancée lors de la Conférence économique africaine tenue à Kinshasa entre les 2-4 novembre 2015. L’édition 2015 est désormais disponible en anglais et en français (pdf).

Cet Examen mutuel de l’efficacité du développement en Afrique souligne notamment les progrès considérables réalisés par les gouvernements africains et leurs partenaires internationaux dans la mise en œuvre des engagements en matière de gouvernance politique et économique, de mobilisation des ressources intérieures ainsi que sur le front des différents aspects du développement humain.

Le rapport MRDE examine non pas la seule efficacité de l’aide, mais plus largement les questions d’efficacité du développement. Il aborde 19 thèmes, articulés en quatre grandes thématiques :

  • croissance économique durable (industrie, commerce, agriculture, infrastructures, secteur privé, durabilité environnementale et changement climatique) ;
  • investir dans l’humain (éducation, santé, sécurité alimentaire et égalité des sexes) ;
  • bonne gouvernance (gouvernance politique, gouvernance économique, et paix et sécurité) ;
  • financement du développement (ressources publiques intérieures, investissement direct étranger, aide au développement, dette extérieure et financement climatique).

 

Pour chaque thème, le rapport apporte des réponses aux quatre questions suivantes :

i) quels sont les principaux engagements souscrits par les pays africains et par leurs partenaires au développement ?
ii) ces engagements ont-ils été respectés ?
iii) quels sont les résultats obtenus à ce jour ? et
iv) quelles sont à présent les priorités pour l’avenir ?

 

Il s’intéresse aux engagements pris par les dirigeants politiques collectivement et non par chaque gouvernement. Le principe consiste à examiner les performances globales, tout en gardant à l’esprit que les résultats sont très variables d’un pays à l’autre.

Le rapport présente plusieurs caractéristiques essentielles :

  • une forte appropriation par les dirigeants africains ;
  • la nature conjointe des travaux (rapport élaboré par la CEA-ONU et l’OCDE) ;
  • une couverture très étendue ;
  • la symétrie (examen des engagements souscrits aussi bien par l’Afrique que par ses partenaires) ; 
  • une base solide (s’appuyant fortement sur des données concrètes) ;
  • la mise en relation des réalisations, de l’efficacité et des priorités à venir ;
  • l’accessibilité (ce rapport est concis et écrit dans un style accessible à la fois aux hauts responsables et à un public plus large) ;
  • un long historique de rapports recueillant la confiance et l’adhésion de toutes les parties.

 

À ce jour, un rapport conjoint a été produit en 2005, puis chaque année entre 2009 et 2015 (avec un rapport intérimaire supplémentaire en 2011).

Rapports antérieurs (pdf):

 

 

Documents connexes