Partager

Lituanie

La Lituanie devrait concentrer ses efforts de réforme sur l’amélioration de la qualité et de l’efficience de ses services de santé

 

25/05/2018 - La Lituanie a réalisé des progrès notables depuis qu’elle a amorcé la refonte de son système de santé, dans les années 90, mais doit poursuivre ses réformes afin d’améliorer sans délai la qualité de ses services de santé et l’efficience de ses dépenses. Tel est le constat d’une nouvelle étude de l’OCDE.

 

L’étude Examens de l’OCDE des systèmes de santé : Lituanie 2018 révèle que malgré la faiblesse des dépenses de santé, qui s’élèvent à 6.5 % du PIB, le système garantit dans l’ensemble un accès satisfaisant aux soins. Bien gérée, la caisse d’assurance maladie couvre la quasi-totalité de la population, tandis que les taux d’admission et les consultations de médecins sont très supérieurs aux moyennes de l’OCDE.

 

« Grâce aux réformes menées au cours des 30 dernières années, la Lituanie s’est dotée d’un système de santé moderne et viable financièrement », a déclaré Agnès Couffinhal, Économiste confirmée au sein de la Division de la santé de l’OCDE, lors du lancement de l’étude à Vilnius, en présence d’Aurelijus Veryga, Ministre lituanien de la Santé, et de Vytenis Andriukaitis, Commissaire européen. « Le pays doit désormais s’atteler à l’amélioration de la qualité et de l’efficience de son système. Et arbitrer l’allocation des ressources supplémentaires dans une optique de maximisation des résultats en termes de santé. »

 

L’espérance de vie progresse lentement, mais reste inférieure de près de six ans à la moyenne de l’OCDE, avec un écart entre les sexes plus marqué que dans n’importe quel autre pays de la zone – les femmes vivant presque 11 ans de plus que les hommes.

 

La majorité des décès sont dus à des maladies chroniques, et la surmortalité liée aux maladies cardiovasculaires et aux suicides s’élève à plus du double de la moyenne de l’OCDE.

 

Les adultes lituaniens sont moins nombreux à se déclarer en bonne ou en excellente santé que dans la plupart des pays de l’OCDE. De fait, seuls 43 % de la population âgée de 15 ans ou plus déclarent être en bonne ou en très bonne santé, contre une moyenne de 68 % dans la zone OCDE. Les personnes âgées considèrent leur santé particulièrement mauvaise.

 

De nombreux décès survenant avant l'âge de 65 ans pourraient être purement et simplement évités ou sont dus à des maladies qui pourraient être mieux traitées afin d’éviter une issue fatale.

 

Autre constat, le système de santé reste trop centré sur les hôpitaux. La Lituanie demeure l’un des pays comptant le nombre le plus élevé de lits et d’hospitalisations par habitant de la zone OCDE, et le taux d’occupation des lits est inférieur à la moyenne de l’OCDE dans 85 % des établissements hospitaliers. La poursuite de la restructuration des hôpitaux afin d’offrir des services complexes, en toute sécurité, dans un nombre plus restreint d’établissements, contribuerait à améliorer la qualité et l’efficience des soins.

 

Le système de soins de premier recours, déjà moderne, doit encore être perfectionné de manière à assurer des actes efficaces permettant de prévenir et de gérer les maladies non transmissibles, notamment mentales, et à coordonner les soins.

 

Il convient, à l’échelle du système de santé, de renforcer la culture de l’assurance qualité et d’amener les parties prenantes à produire des résultats mesurables.

 

Les mesures prises récemment pour infléchir la consommation nocive d’alcool vont dans le bon sens, mais il importe de davantage responsabiliser l’ensemble des parties prenantes quant aux progrès réalisés dans la mise en œuvre des programmes de santé publique.

 

L’utilisation accrue des données de performance et l’instauration d’une culture de l’évaluation de l’impact des politiques sont autant de pistes qui aideraient à identifier la solution la plus efficiente pour obtenir des résultats.

 

L’étude Examens de l’OCDE des systèmes de santé : Lituanie 2018 est consultable à l’adresse http://www.oecd.org/fr/pays/lituanie/lithuania-9789264300873-en.htm.

 

Les journalistes souhaitant obtenir de plus amples informations sont invités à contacter Agnès Couffinhal ou Francesca Colombo, de la Division de la santé de l’OCDE.

 

Note aux rédacteurs :

Les pays de l’OCDE ont convenu, le 3 mai 2018, d’inviter officiellement la Lituanie à devenir Membre de l’Organisation, la signature d’un Accord d’adhésion étant prévue lors de la réunion à venir du Conseil de l’OCDE au niveau des Ministres (RCM), qui se déroulera les 30 et 31 mai à Paris. La Lituanie deviendra effectivement Membre de l’Organisation une fois qu’elle aura pris les mesures nécessaires au niveau national pour adhérer à la Convention de l’OCDE et déposé son instrument d’adhésion auprès du gouvernement français, dépositaire de la Convention. L’entrée de la Lituanie dans l’OCDE portera à 36 le nombre de ses Membres.

 

Documents connexes