Salle de presse

Des réformes plus approfondies en Allemagne garantiront une croissance plus inclusive et durable

 

12/06/2018 - L’économie allemande connaît une expansion vigoureuse, sur fond de chômage historiquement faible et de progression des salaires réels qui soutiennent la demande intérieure, tandis que le dynamisme des exportations tire l’investissement des entreprises. La situation budgétaire favorable offre des possibilités de financer des réformes structurelles et des investissements publics qui permettront de relever les enjeux futurs : c’est ce qui ressort d’un nouveau rapport de l’OCDE.


Dans sa dernière Étude économique de l’Allemagne, l’OCDE examine les multiples facteurs qui expliquent les années de croissance régulière et le niveau élevé du bien-être observés dans le pays, ainsi que les difficultés restant à surmonter pour faire en sorte que les fruits de cette évolution soient partagés par tous. L’Étude indique que la croissance devrait, selon les prévisions, être supérieure à 2 % pendant la période 2018‑19, et elle propose un programme d’action qui devrait garantir une croissance durable et plus inclusive à l’avenir.

 

Les auteurs de cette Étude, présentée à Berlin par le Secrétaire général de l’OCDE M. Angel Gurría, mettent en lumière la nécessité d’adopter des politiques nouvelles pour contribuer à réduire les inégalités et le risque de pauvreté, et recommandent de faire un usage plus large des nouvelles technologies, notamment pour la transition vers une économie bas carbone. Ils soulignent également la nécessité de concevoir de nouvelles stratégies pour stimuler la productivité, améliorer les compétences de la population active et préparer l’avenir du travail.

 

« Les performances économiques récentes de l’Allemagne sont remarquables, et l’expansion économique robuste semble devoir se poursuivre » a déclaré M. Gurría. « Le chômage n’a jamais été aussi faible et l’Allemagne offre un emploi et une vie meilleure à des centaines de milliers d’immigrés. Cela étant, il faut maintenant faire davantage pour garantir que les très bons résultats économiques et sociaux enregistrés aujourd’hui durent et puissent bénéficier à tous. » Lisez le discours (en anglais).


Selon l’Étude, le progrès économique dépendra de l’amélioration des gains de productivité, qui ont été freinés par le faible niveau des compétences et par la lenteur de la diffusion des nouvelles technologies. Promouvoir l’entrepreneuriat, grâce à des services administratifs en ligne efficaces et à d’autres améliorations de l’environnement des entreprises ainsi qu’à des mesures permettant le lever les obstacles à l’entrepreneuriat féminin, pourraient accélérer la diffusion des technologies et faire augmenter la productivité dans les PME. Favoriser la concurrence et développer l’investissement dans les réseaux numériques permettraient aux entreprises de mieux s’approprier les technologies numériques, tandis qu’une diminution de la participation de l’État dans les Landesbanken, l’industrie automobile, les télécommunications et les services postaux permettrait de réaffecter des ressources dans toute l’économie.

 

Améliorer à la fois l’acquisition des compétences et leur utilisation sera également indispensable pour que les travailleurs se préparent à occuper des emplois qui seront transformés sous l’effet de l’automatisation, des plateformes numériques et d’autres évolutions technologiques. Le système d’enseignement et de formation jouera un rôle de premier plan pour améliorer l’accès aux perspectives économiques ouvertes dans le contexte de l’évolution technologique, notamment par le biais de la formation continue.

 

Sa situation budgétaire solide permet à l’Allemagne d’avoir une marge de manœuvre pour financer des politiques visant à rendre l’économie plus inclusive. Parmi celles-ci, on peut citer un abattement fiscal pour les deuxièmes apporteurs de revenu afin de stimuler l’activité des femmes, de même que le développement des structures d’accueil et d’éducation de jeunes enfants et de l’enseignement primaire.



Des réformes de la politique des transports visant à améliorer l’électrification du transport routier et à réduire les embouteillages dans les villes en développant l’utilisation des services de co-voiturage permettrait de rendre la croissance plus verte et de faciliter la transition vers un avenir bas carbone, peut-on lire dans l’Étude.



Une Synthèse de l’Étude économique qui en reprend les principales conclusions peut être consultée à http://www.oecd.org/fr/eco/etudes/etude-economique-allemagne.htm.



Pour toute information complémentaire, les journalistes peuvent contacter Matthias Rumpf au Centre OCDE de Berlin (+49 3028 88353) ou Lawrence Speer (+33 1 45 24 79 70) au Bureau des médias de l’OCDE à Paris.

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui s’emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien‑être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes